contact us

Use the form to get in touch regarding questions, business contacts and any other sweet delicious idea you might have.

Name / Nom
Name / Nom
           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Blogue Félix & Norton

Demandez au sommelier: vin

Marie-Claude Lecours

Ah les fameux Félix & Norton!  Je me rappelle quand j’étais jeune et que ma mère en achetait.  Je les appelais les biscuits de luxe!  Le plaisir était toujours au rendez-vous et le seul défaut que je trouvais était qu’ils se mangeaient trop vite.  Jusqu’à ce jour, chaque fois que je vois un endroit vendant des biscuits Félix & Norton, l’achat est instantané. Cependant, la sagesse des années me permet de les déguster avec un peu plus de retenue! Quand on m’a approché pour un atelier d’accord biscuits et vins, un sourire m’est tout de suite apparu. 

 Petite biographie,  je suis passionné de vin et spiritueux depuis une quinzaine d’années. Je travaille à la SAQ depuis plus de six ans. J’ai suivi les cours WSET (Wine and Spirit Education Trust) niveau 2 et 3 à l’ITHQ et je participe hebdomadairement à des dégustations avec quelques amis. 

 Lors des dégustations dans mes cours, le mot biscuit était absent des discussions. Accord impossible? Pas du tout. Difficile? Même réponse. Il suffit de se baser sur quelques règles de dégustation. Le sucre augmente l’amertume, l’astringence et l’acidité d’un vin. Cependant, il abaisse la sensation de fruit et de sucre dans celui-ci. L’idée est de trouver des vins sucrés (dessert, fortifié), des rouges dont les tanins ne sont pas astringents et des blancs au minimum demi-sec puisqu’un vin sec risque de déséquilibrer son acidité. J’ai donc comme mandat de suggérer deux vins par pâte à biscuits prête à cuire offerte chez IGA et Metro. Préparons nos verres et commençons! 

 Morceaux de chocolat noir

Un classique mérite un classique, et nous commencerons avec un Porto. La réputation de ce vin fortifié Portugais n’est plus à faire lorsque l’on parle de chocolat. Le Taylor Fladgate Late Bottled Vintage (750 ml, code SAQ : 00046946, 21.80$) est un excellent choix avec ses arômes de cacao, de prunes et d’épices douces. Il saura mettre en valeur ces merveilleux morceaux de chocolat noir.

Comme je le mentionnais auparavant, pour aller avec un dessert ou une collation sucrée, un vin rouge doit avoir des tanins amples et soyeux. Malgré mon amour pour les vins du Vieux-Monde, un cabernet sauvignon ou un merlot des États-Unis est suggéré ici puisque le climat favorise la maturation du raisin, comparativement à un bordeaux dont les tanins seraient trop austères. Mon choix s’arrête sur le Sebastiani Sonoma-County Cabernet-Sauvignon (750 ml, code SAQ : 10327630, 23.95$) avec un nez vanillé et boisé, sans oublier la confiture de fruits noirs. 

 

Morceaux de chocolat au lait 

 Comme Félix & Norton a vu le jour au Québec, plus précisément à Montréal, je ne pouvais rater l’occasion de faire la promotion de produits de chez nous. Ma première suggestion est un cidre de pomme, le Domaine De Lavoie (375 ml, code SAQ :10348781, 24.05$).  Avec ses arômes de pomme caramélisée et de miel et mêlé avec le côté doux du chocolat au lait, vous aurez l’impression de déguster un vrai crumble aux pommes et chocolat. À boire assez frais, un peu sous les 10°C. 

  Un vin blanc demi-sec serait aussi de mise avec ce biscuit que j’ai trouvé le plus doux de la bande. Je me permets de suggérer le Domaine des Aubuisières Cuvée Silex 2015 (750 ml, code SAQ : 00858886,19.90$).  Certes, il a une bonne acidité, mais également un excellent goût de miel et une odeur florale s’adaptant bien au chocolat de ce petit délice. 
 

 

Ébène et ivoire

Ce biscuit étonne par sa combinaison de l’amertume du chocolat noir avec le goût et la texture crémeuse du chocolat blanc. Cela m’a tout de suite fait penser à un Xérès, aussi connu sous le nom de Sherry. Je vais opter pour un Cream, le Harveys Bristol (750 ml, code SAQ : 00215483, 14.90$). Ses qualités olfactives d’amandes grillées et de caramel ainsi que sa texture grasse iront parfaitement avec ce biscuit.   

Comme deuxième vin rouge de cet atelier, je vous transporte en Australie avec un shiraz de la maison D'Arenberg, The Footbolt Shiraz (750 ml, code SAQ : 10959717, 21.95$). Encore une fois, je choisis un vin dont les tanins sont bien intégrés et veloutés pour ne pas amplifier l’amertume du chocolat noir. Avec des fruits noirs et un soupçon de vanille, il est son propre ébène et ivoire en bouteille!   

 

Ménage à trois

 Le mélange des trois chocolats du fameux ménage à trois nous ouvre à plus d’options. Chaque bouchée peut être différente. Un type de vin qui m’apporte la même sensation et me donne toujours le sourire lorsque je le fais découvrir est le Tokaji. Un vin dont les Hongrois sont si fiers (et avec raison) qu’ils le mentionnent dans leur hymne national. Le Tokaji Aszu est un vin dessert et l’unité de mesure pour calculer le taux de sucre dans ce type de vin se nomme Puttonyos allant d’une échelle de 3 à 6.  Le Chateau Imperial Tokaj 3 Puttonyos Tokaji (500 ml, code SAQ : 12113977, 26.75$) vous procurera un plaisir assuré avec son éventail de saveurs de crème aux abricots, de sucre caramélisé et de pêche. Vous aurez l’impressions de vivre dans une fondue au chocolat l’espace d’un instant!

Ma dernière suggestion est un vin de notre belle province, le Coteau Rougemont Frontenac Gris Vendange Tardive (375 ml, code SAQ : 11680523, 23.40$).  Une texture somptueuse et des notes d'agrumes confits s'harmonisent avec le côté décadent du trio chocolaté. Ce vin sera apprécié davantage entre 5°C et 10°C

  

N’oubliez pas que mes choix ont de nombreuses alternatives et que le but principal de ce guide est de vous montrer l’étendue des possibilités lorsque vient le temps d’agencer un vin avec un dessert. Si vous prévoyez servir les biscuits Félix & Norton en dessert à la fin d'un repas, n’oubliez pas de vous garder un petit verre de vin pour essayer.

Bonne dégustation! 

Éric Chevalier